Nouveaux sites du patrimoine mondial en 2016

Découvrez en photos les 21 nouvelles merveilles qui font leur entrée cette année au patrimoine mondial de l'Humanité, établi par l'UNESCO.

Au cœur de la forêt vierge de Shennongjia, au Hubei, en Chine - © Evilbish

Tous les ans, depuis 1978, l’UNESCO inscrit sur sa liste du patrimoine mondial quelques-uns des plus remarquables lieux présents aux quatre coins du monde. Le but : préserver et protéger ce patrimoine de l’Humanité, héritage de notre passé et de celui de la Terre dont nous avons la chance de pouvoir visiter encore de nos jours et que nous nous devons de transmettre aux générations futures.

Cette année, 21 nouveaux sites ont été inscrits : 12 d’entre eux sont des sites culturels, 6 sont naturels et 3 sont mixtes. Le nombre total de sites inscrits s’élève désormais à 1052, répartis dans 165 pays.

Le Yak, votre spécialiste en voyage sur mesure, vous présente ces 21 nouvelles merveilles inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2016.

Les 12 nouveaux sites culturels

1. L’œuvre architecturale de Le Corbusier

Aux quatre coins du Globe, Le Corbusier, Charles-Édouard Jeanneret-Gris de son vrai nom, a fortement contribué au Mouvement Moderne en architecture. Pas moins de 17 de ses créations ont ainsi été ajoutées à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

2. Le chantier naval d’Antigua, à Antigua-et-Barbuda

Vif témoignage de l’Histoire de l’île d’Antigua, son chantier naval a été construit au début du 18ème siècle et est à ce jour le seul et unique chantier naval de style géorgien au monde. Il est, encore aujourd’hui, en parfait état.

Le chantier naval d'Antigua, Antigua-et-Barbuda
Le chantier naval d’Antigua, Antigua-et-Barbuda

3. Les Stećci, cimetières de tombes médiévales de Bosnie-Herzégovine, Croatie, Monténégro et Serbie

Les stećci – stećak au singulier – sont des tombes médiévales imposantes des pays d’ex-Yougoslavie. Le patrimoine mondial de l’UNESCO a ajouté pas moins de 30 sites où se trouvent des stećci. Selon les sites, ces tombes remontent du 12ème siècle au 15ème.

Des stećci de Bosnie-Herzégovine - © John Pruess
Des stećci de Bosnie-Herzégovine – © John Pruess

4. L’Ensemble moderne de Pampulha, à Belo Horizonte, au Brésil

Le complexe moderne de Pampulha est l’une des toutes premières commandes reçues par l’architecte Oscar Niemeyer, amoureux des courbes et du béton. Le complexe comprend l’église Saint-François d’Assise (photo), un casino, une salle de bal et un yacht-club, tous érigés au début des années 1940. A ne pas manquer si vous prévoyez un séjour au Brésil du côté de Belo Horizonte.

L'église Saint-François d'Assise du complexe Pampulha, à Belo Horizonte, au Brésil
L’église Saint-François d’Assise du complexe Pampulha, à Belo Horizonte, au Brésil

5. L’art rupestre de Zuojiang Huashan, en Chine

Au Sud-Ouest de la Chine, pas moins de 38 sites situés sur des falaises abruptes sont rentrés au Patrimoine de l’UNESCO. Ces sites sont recouverts d’art rupestre représentant les rituels et la vie des Luoyue, et représentent les seuls témoins connus de cette culture aujourd’hui disparue. Les fresques datent du 5ème siècle avant J-C au 2ème siècle après J-C.

Des parois entières recouvertes d'art - © kevconnor
Des parois entières recouvertes d’art – © kevconnor

6. Les dolmens d’Antequera, en Espagne

En plein cœur de l’Andalousie, le site des dolmens d’Antequera comprend deux monuments naturels, El Torcal et la Peña de los Enamorados, et trois monuments mégalithiques remarquables : la tholos d’El Romeral, le dolmen de Viera et le dolmen de Menga. Ces monuments datant du néolithique et de l’âge du bronze forment des chambres ainsi que des espaces recouverts de fausses coupoles ou de linteaux. Il s’agit-là de trois tombes à l’abris sous leur tumulus d’origine représentant certainement les plus belles œuvres architecturales de la préhistoire qu’il nous ait encore donner de voir en Europe. Une destination idéale pour votre prochain voyage en Espagne.

Le dolmen de Menga, près d'Antequera, en Espagne - © Ana Carrapiso
Le dolmen de Menga, près d’Antequera, en Espagne – © Ana Carrapiso

7. Le site archéologique de Philippes, en Grèce

Fondée en 356 avant J-C, la cité de Philippes se situe dans la région actuelle de la Macédoine-orientale-et-Thrace, sur la via Egnatia, l’ancienne route reliant l’Europe et l’Asie. Elle tire son nom du roi macédonien de l’époque, Philippes II et fut le temps de son existence une « petite Rome ». Les vestiges encore visibles témoignent des débuts du Christianisme.

Le portique de l'agora de Philippes, en Grèce - © Ian W. Scott
Le portique de l’agora de Philippes, en Grèce – © Ian W. Scott

8. Nalanda Mahavihara, l’Université de Nalanda, en Inde

L’Université de Nalanda – Nalanda Mahavihara – se trouve au Nord-Est de l’Inde, dans l’Etat du Bihar. Cette ancienne institution scolastique et monastique a été active du 3ème siècle avant J-C au 13ème siècle après J-C. Aujourd’hui, vous pouvez y contempler les vestiges de stupas, de sanctuaires, de viharas (des bâtiments éducatifs et résidentiels) et d’importantes œuvres artistiques faites de pierre, stuc et métal. Nalanda Mahavihara est la plus ancienne université d’Inde.

L'Université de Nalanda, en Inde - © Rachel Lim
L’Université de Nalanda, en Inde – © Rachel Lim

9. Le qanat perse, en Iran

En Iran, les qanats permettent de puiser l’eau des sources aquifères et de la faire parvenir jusqu’aux zones arides en la faisant circuler le long de tunnels souterrains grâce à la gravité. Témoignage exceptionnel du savoir et des compétences des civilisations du désert, ce site en Iran comprend pas moins de 11 qanats maintenant inscrits au patrimoine mondial de l’Humanité. Ce système de tunnels possède également des réservoirs et des moulins à eau ainsi que des aires de repos pour les travailleurs.

Le qanat perse, en Iran - © S.H. Rashedi
Le qanat perse, en Iran – © S.H. Rashedi

10. Nan Madol, en Micronésie

Au large de l’île de Pohnpei, en Micronésie, se trouve Nan Madol, un regroupement de 99 îlots artificiels abritant des vestiges de temples, de palais ou encore de sépultures, tous datant de 1200 à 1500 après J-C. Nan Madol est le centre cérémoniel de la dynastie Saudeleur. Ces édifices colossaux techniquement parfait témoignent des pratiques religieuses et sociales complexes des peuples insulaires de l’époque. En plus d’être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le site a également été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril. En effet, les voies navigables s’envasent progressivement ce qui favorise une forte croissance de la mangrove, fragilisant les vestiges.

Nan Madol, en Micronésie - © ajdemma
Nan Madol, en Micronésie – © ajdemma

11. Les grottes de Gorham, à Gibraltar

Quatre grottes magnifiques s’enfoncent dans la partie Est du rocher de Gibraltar et renferment quelques trésors témoignant d’une présence néandertalienne sur près de 125 000 ans. On y trouve des traces de chasse aux animaux marins et aux oiseaux ainsi que des gravures rupestres. Les grottes de Gorham sont un site apportant des informations précieuses sur la question de l’évolution humaine.

Les grottes de Gorham, à Gibraltar - © Kjell Eson
Les grottes de Gorham, à Gibraltar – © Kjell Eson

12. La cité d’Ani, en Turquie

Au Nord-Est de la Turquie, à la frontière avec l’Arménie, les vestiges de la cité d’Ani regroupent plusieurs structures résidentielles, militaires et religieuses sur un plateau isolé. Construits par les Chrétiens puis par les Musulmans, la cité, ancienne capitale du royaume des Bagratides, connaît son apogée durant le 10ème et le 11ème siècel après J-C. Ani a tiré sa richesse de son emplacement stratégique, sur la Route de la Soie. Elle décline finalement après l’invasion mongole suivie de l’important séisme de 1319.

Les vestiges de la cité d'Ani, en Turquie - © Sarah Murray
Les vestiges de la cité d’Ani, en Turquie – © Sarah Murray

Les 6 nouveaux sites naturels

1. Mistaken Point, au Canada

Au Sud-Est de l’île de Terre-Neuve, à l’Est du Canada, se trouve un étroite bande de falaises côtières accidentées s’étalant sur 17 kilomètres. Datant de la période de l’Edicarien, soit il y a quelques 580-560 millions d’années, ces falaises abritent les plus anciens assemblages de grands fossiles. Ce site témoigne de l’apparition d’organisme de grande taille, un tournant important dans l’histoire de la vie sur Terre après 3 milliards d’années sous domination des microbes.

Les falaises de Mistaken Point, au Canada - © Mistaken Point Ambassadors Inc
Les falaises de Mistaken Point, au Canada – © Mistaken Point Ambassadors Inc

2. Shennongjia au Hubei, en Chine

Le site de Shennongjia se situe en Chine, dans la province du Hubei. Composé du Laojunshan à l’Est et du Shennongding/Badong à l’Ouest, le Shennongjia abrite les plus grandes forêts primaires de Chine centrale. Plusieurs espèces rares d’animaux l’ont choisi comme sanctuaire. C’est le cas notamment de la panthère nébuleuse, de la salamandre géante de Chine, de l’ourse à collier ou encore du rhinopithèque de Roxellane. Le site est également l’un des lieux importants de l’histoire de la recherche biologique. Plusieurs expéditions internationales aux 19ème et 20ème siècle y ont permis de collecter et découvrir de nombreuses plantes.

Au cœur de la forêt vierge de Shennongjia, au Hubei, en Chine - © Evilbish
Au cœur de la forêt vierge de Shennongjia, au Hubei, en Chine – © Evilbish

3. Le désert de Lout, en Iran

Le Dasht-e-Lut, aussi appelé le désert de Lout, est un vaste désert au Sud-Est de l’Iran. Il abrite d’impressionnants yardangs, ces crêtes rocheuses ondulées imposantes façonnées par les vents violents. Le site regroupe également des déserts de pierres ainsi qu’un champs de dunes. Le désert de Lout est un site exceptionnel présentant un magnifique processus géologique en cours.

Les formations rocheuses du désert de Lout (Dasht-e-Lut), en Iran - © Fermin Ezcurdia
Les formations rocheuses du désert de Lout (Dasht-e-Lut), en Iran – © Fermin Ezcurdia

4. Le Tien Shan occidental, sur le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Ouzbékistan

Le Tien Shan occidental se trouve en Asie centrale et fait partie des sept plus grandes chaînes de montagnes au Monde. Composé de paysages variés culminant entre 700 et 4 503 mètres d’altitude, le site héberge une très grande biodiversité. Cette chaîne de montagne s’étalant sur le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Ouzbékistan est le berceau d’un certain nombre d’espèces d’arbres fruitiers. Le Tien Shan occidental abrite aussi de nombreux types de forêt différents et d’étonnantes associations de communautés de plantes.

Vue sur le Tien Shan occidental - © Mambetaliyev U.
Vue sur le Tien Shan occidental – © Mambetaliyev U.

5. l’archipel de Revillagigedo, au Mexique

L’archipel de Revillagigedo regroupe 4 îles isolées dans le Pacifique Est : Clarión, Roca Partida, Socorro et San Benedicto. Ces îles sont en réalité les sommets des volcans d’une grande chaîne de montagnes sous-marines. Les îles Revillagigedo est le refuge de nombreuses espèces sauvages, aussi bien des oiseaux marins que des animaux aquatiques. On trouve par exemple plusieurs espèces pélagiques – qui nagent près de la surface de l’eau – telles que les requins, les dauphins, les cétacés ou encore les raies manta géantes.

Vers les abysses, aux pieds de l'île Partida Roca de l'archipel Revillagigedo, au Mexique - © Steven Trainoff Ph.D.
Vers les abysses, aux pieds de l’île Partida Roca de l’archipel Revillagigedo, au Mexique – © Steven Trainoff Ph.D.

6. Les parcs nationaux marins de Sanganeb et de la baie de Dungonab et l’île de Mukkawar, au Soudan

Ce site regroupe deux zones distinctes : la baie de Dungonab et l’île de Mukkawar d’un côté, et Sanganeb de l’autre.

Situées à quelques 125 km au Nord de Port Soudan, la baie de Dungonab et l’île de Mukkawar renferment un système très divers de mangroves, de récifs coraliens, d’herbiers marins, d’îlots et de plages. De nombreux mammifères marins, requins, poissons, raies manta, tortues ou encore oiseaux de mer ont élu domicile ici. La baie de Dungonab abrite également une importante population de dugongs.

Le second site, Sanganeb, se situe en plein cœur de la mer Rouge, à 25 km des côtes du Soudan, et héberge un récif corallien isolé.

Sanganeb près de Port Soudan, au Soudan - © Eric Lafforgue
Sanganeb près de Port Soudan, au Soudan – © Eric Lafforgue

Les 3 nouveaux sites mixtes

1. Le parc national de Khangchendzonga, en Inde

En plein cœur de l’Himalaya, dans l’état du Sikkim, au Nord de l’Inde, le parc de Khangchendzonga est un véritable trésor : des paysages de vallées, de plaines et de lacs se côtoient auxquels s’ajoutent de magnifiques glaciers et de spectaculaires montagnes recouvertes de forêts anciennes et de neige. Ce parc magnifique tire son nom de son plus haut sommet, le 3ème plus haut du monde, le Mont Khangchendzonga. C’est également un haut lieu de la mythologie sikkimaise avec un grand nombre de récits prenant place sur le Mont Khangchendzonga ou dans un des nombreux éléments naturels du parc : lacs, rivières, grottes…

Le Kangchenjunga au-dessus des nuages, en Inde - © Subhadip Choudhury
Le Kangchenjunga au-dessus des nuages, en Inde – © Subhadip Choudhury

2. Les Ahwar du Sud de l’Iraq

Les Ahwar du Sud de l’Iraq comprennent en réalité 7 sites : 4 zones humides marécageuses et 3 sites archéologiques. Le site du Tell Eridu et les villes d’Uruk et de Ur sont des vestiges des Sumériens qui s’y étaient installés entre le 4ème et le 3ème millénaire avant J-C. Ce delta marécageux de l’Euphrate et du Tigre, en Mésopotamie méridionale, leur permit de se développer durant toute cette période. C’est l’un des plus grands deltas intérieurs sur Terre. Situés dans une zone extrêmement chaude et aride, les Ahwar du Sud de l’Iraq est un lieu unique au Monde.

Les vestiges de la ville d'Uruk, en Iraq - © Hdpsp
Les vestiges de la ville d’Uruk, en Iraq – © Hdpsp

3. Le massif de l’Ennedi, au Tchad

Le massif de l’Ennedi se trouve au Nord-Est du Tchad. Principalement formé de grès, il s’est vu sculpté au fil du temps par le vent et l’eau, laissant apparaître des magnifiques vallées et canyons, et d’incroyables formations rocheuses variées (arches naturelles, pics, piliers rocheux, falaises…). L’eau permanente au fond des grands canyons offre une place de (sur)vie pour l’écosystème et permet aux êtres humains, aux animaux et aux plantes qui s’y trouve de subvenir à leurs besoins.

Le massif de l’Ennedi abrite également l’une des plus majestueuses collections d’art rupestre du désert du Sahara. Que ce soit dans les grottes, les abris ou les canyons, d’innombrables images ont été gravées et peintes sur ses parois rocheuses.

Les formations rocheuses du plateau de l'Ennedi, au Tchad - © Hannes Rada
Les formations rocheuses du plateau de l’Ennedi, au Tchad – © Hannes Rada

Quelques modifications sur la liste du patrimoine mondial en péril

Durant cette 40ème session, l’UNESCO a choisi de retiré un site de sa liste du patrimoine mondial en péril et d’y ajouter pas moins de 8.

Le site retiré : les monuments historiques de Mtskheta, en Géorgie

Les sites placés sur la liste du Patrimoine Mondial en péril

Tous ces sites, qu’ils soient placés sur la liste du patrimoine mondial en péril ou la liste « classique » sont uniques, fragiles et nous offrent un témoignage fort de notre passé. Vous les connaissiez déjà ? Vous en avez peut-être déjà visité quelques-uns ou avez prévu de le faire bientôt ? N’hésitez pas à nous partager vos expériences ou vos commentaires dans l’espace de discussion ci-dessous.